Pourquoi je cours ?

Articles récents

Je déménage

7 Octobre 2017 , Rédigé par Sylvain

Je change d’hébergeur, pour plus de lisibilité et de fonctionnalités

Pourquoi je cours ...

 

 

Lire la suite

100 km de Millau: La méthode pour doubler 45% des participants

26 Août 2017 , Rédigé par Sylvain

Le site a déménagé, vous allez être redirigé

https://sysybrubru.wordpress.com/entrainements/prepa_millau_2017/

Lire la suite

La ligne droite pour Millau

2 Août 2017 , Rédigé par Sylvain Publié dans #running, #Mes Courses

Le site a déménagé, vous allez être redirigé

http://sysybrubru.wordpress.com/la-ligne-droite-pour-millau/

Lire la suite

Semi de Genève 2017

16 Mai 2017 , Rédigé par Sylvain Publié dans #Mes Courses

Comme je le racontais dans mon précédent article, la semaine dernière, le 7 mai, je participais à mon 12 ou 13e semi-marathons. J'ai bien essayé de retrouver le nombre exacte de course, mais depuis mon premier semi en 2007 à Lausanne je n'ai pas tenu de carnet de bord très précis et je me suis un peu perdu dans mes comptes.

Même si le nombre reste modestes aux yeux de certains, l'appréhension avant la course est toujours la même, un semi c'est suffisamment court pour courir vite et suffisamment long pour se dire que c'est toujours trop long. En ce qui me concerne, j'ai toujours cette angoisse de me dire que cela va être terrible dans l'effort et dans la durée.

Quelques semaines avant, j'ai fait des tests à allure semi. Pour ma petite vitesse, cela se situe vers 5min30/km, soit environ 11km/h. Et à chaque fois, je me dis que je n'arriverai jamais à tenir aussi longtemps, j'ai toujours l'impression que je suis au bord de la rupture, le vent est trop fort, la chaleur trop présente ou le terrain trop plat, j'ai toujours une excuse pour me dire que "ça le fera pas".

Retour à Genève, ce 7 mai. Je me retrouve avec quelques milliers de coureurs à Chêne-Bourg. Il ne fait pas très chaud et je commence à regretter de ne pas avoir pris ma veste. Je me ballade entre les vestiaires et le départ, il y a beaucoup de monde.

A ma droite, je me marre, un organisateur est ouvreur aux "Elites" avec son vélo de triathlon, il peste contre son super Vélo tout en carbone, cadre carbone roues carbones, selle carbone ... mais roues à plat !!! Dommage pour lui, les Elites partiront sans lui et son vélo à 10000 ne partira pas. Je ne vous l'ai pas dit: je suis pour les roues avec chambre à air !!

Le Départ:

Beaucoup beaucoup de monde sur ce semi, c'est vraiment serré, très serré, le métro parisien est moins dense. Je file sur les premiers kilomètres, en essayant de suivre le ballon des 2 heures. Ma montre estime mon temps avec une précision à la seconde près, je suis dans les 2h05m, 2h06m. Vu le temps perdu au départ, je devrais récupérer mon retard assez facilement.

On passe le village de Puplinge, toujours beaucoup de monde, par deux fois un plaisantin me croche-patte, les routes sont étroites et embouées. Le choix est simple soit c'est le trail Genevois dans les bas coté, soit les croches-pattes et les 4 fers en l'air. Il y a trop de monde, ce semi est une boite à sardines !!

Les kilomètres défilent et je maintiens sans problème ma vitesse de 11km/h, je me sens bien, le climat est un peu humide mais pas trop chaud, le temps est idéal pour courir. Je me sens bien, mon super entrainement de Athlète-Endurance aurait-il bien marché ??

Vers le 12e km, le tunnel de Vesenaz en ligne de mire, la grande descente sur le lac et la vue au loin du jet d'eau, mais vraiment au loin, 5 bons kilomètres en ligne droite, ça casse l'esprit et les pattes !! Dans ce tunnel, tout va bien je me sens assez bien, même en voyant la sortie du tunnel avec un raidillon je ne faiblis pas ... une petite montée en fait, mais l'effet de perspective cela donne l'impression d'une montée raide sur quelques mètres.

Me voilà sur les quais, sur cette longue ligne droite jusqu'au jet d'eau. Tout va bien à part ... à part le organisateur central occupé par une information gênante depuis le début de la course. Cette information est de plus en plus pressante, le muscle circulaire et libérateur est près à me laisser tomber. Je connais très bien les bords du lac et je sais très bien ou je pourrai soulager ce muscle circulaire encombrant. Mais pour l'instant le grand organisateur gère bien la situation, mais tout peut très vite dégénérer.

Vers le 17km d'autres muscles commencent à me lâcher, les quadriceps ne sont plus très en forme et la fatigue me rattrape, je sens que tout surchauffe. Le muscle circulaire s'est rendu pour lui tout va mieux.

Vers le 18km, je ne tiens plus, les jambes, le souffle, la chaleur, tous les voyants sont aux rouges. La pression augmente dans la machine, ça fuit de partout, les crampes arrivent. Encore 3km, je suis au bord de l'explosion, ça ne tiendra pas, ça ne tiendra pas.
Les kilomètres se rallongent, le temps ralenti, c'est une petite agonie, encore quelques centaines de mètres, je me fais doubler en marchant, je redouble en courant. Les muscles des mollets me lâchent, c'est enfin la fin.

Le pont du Mont-Blanc, je finis en grimaçant et pas très en joie. Je m'étais fixé 1h55m, j'en suis loin. 1h59, soit 2m30s de plus que le semi de Lyon. Une belle contre performance qu'il faudra analyser.

Après la course:

Je suis resté 5 minutes près du pont du mont-Blanc, torturé par mes quadriceps qui ressemblaient à des cuisses de body-builder. Elles étaient tordues de crampes. Impossible de bouger un muscle du genou à la hanche, j'avais encore mal à mes crampes. Je suis resté là, à attendre que cela passe, ne pas bouger et attendre que la douleur passe ... 5 minutes c'est long

On voit bien à mes grimaces que la fin est difficile

Lire la suite

Semi Marathon de Genève J-4

2 Mai 2017 , Rédigé par Sylvain

Plus que 4 jours avant ma première course de l'année, première après un début d'année difficile avec une lombalgie et un claquage de mollet. J'ai juste eu le temps de commencer l'entrainement il y a 8 semaines. Bien que toutes les douleurs ne soient pas encore disparues, la forme est revenue bien plus vite que je ne le pensais.

Nouvel Entrainement:
Pour ce nouveau semi, le 11e ou le 12e je ne compte plus, j'ai essayé de tout remettre sur la tapis de running et d'essayer un nouvel entrainement. Non pas que celui du Livre de Bruno Heubi ne me convenait pas, mais j'ai voulu essayer de faire un peu plus de VMA et de voir les résultats. Pour être précis, j'ai suivi l'entrainement du site athlete-endurance avec 5 séances par semaines.
Certaines séances étaient plutôt difficiles et je ne les ai pas toutes terminées facilement, cet entrainement décrasse vraiment le moteur et les jambes. J'espère que cela se verra sur la course dimanche prochain en terme d'aisance mais aussi sur le chrono.

Nouvelles chaussures de Running:
Je fais pas vraiment de la pub sur mon matériel de Running et bien sûr je ne touche aucune royaltie des marques. Suite au conseil d'un collègue sur les Sketchers GoRun 4, j'ai été tenté par le nouveau modèle les Sketchers GoRun 5. Je connaissais déjà la marque avec une vieille paire de GoRun 1 que je trouvais pas mal, mais avec peu d'amorti. Sur ces GoRun 5 l'amorti sur le médio-pied est vraiment très confortable et différent des chaussures de running classiques de type Mizuno, Asics, ...
Je le précise, dans mon cas et je ne peux parler que de mon cas, ces GoRun 5 ont l'avantage de ne pas réveiller ma tendinite au tendon d'Achille et de tirer sur le muscle du mon fessier douloureux (reliquat de ma lombalgie de janvier), ce qui permet de masser mon muscle tout en courant.
En conclusion, il semble que ma posture en course à pied soit plus naturelle avec ces Sketchers GoRun 5 qu'avec mes vieilles Mizuno Wave Rider 18.

Quelle allure de course pour dimanche ?
Et bien on va faire comme d''habitude, je pars tranquille avec le ballon des 2H, j'attends le 5e ou 6e km et je vais essayer d'accélérer pour passer la ligne d'arrivée en 1H55.

Vidéo de présentation du Marathon de Genève

Lire la suite

2017 Toujours plus long

15 Mars 2017 , Rédigé par Sylvain Publié dans #running

Une fin d'année 2016 un peu difficile, un début d'année 2017 assez poussif, voici en résumé ce qui s'est passé depuis la SaintéLyon en décembre dernier.

Fin décembre,  mon organisme a décidé de prendre le contrôle et a dit "STOP". Suite à un faux mouvement un lumbago est venu me paralyser pendant plusieurs semaines: plus de running, plus de vélo, la CATA. Quelques séances de Chiropractie plus tard, mon dos revenait petit à petit, et oubliant le b.a.-ba du débutant je suis reparti un peu trop vite, j'ai accumulé trop de kilomètres et mon mollet n'a pas supporté avec en conclusion un claquage musculaire et deux semaines d'arrêt complet!

Début mars me revoilà plus ou moins de retour avec quelques douleurs, de ci de là, qui s'estompent petit à petit. La machine repart, s'huile, se graisse de nouveau et les sensations repartent au beau fixe.

Mais pendant ces 2 mois et demi, mon ami Alain m'a titillé avec un nouveau défi.
Il veut faire un truc grand, un truc fou, une course mythique, tel un trophée que l'on affiche à la fin de son CV. Une course connue de tous les runners et qui ne me semblait pas hors de portée. Mais après en avoir un peu parlé autour de moi, je pense que le défi est un peu plus grand que je ne l'avais prévu.

Mais quelle est cette course? Quelques indices: Aveyron, Pont et fin septembre.

Pour tous ceux qui on déjà fait cette course c'est facile à deviner. Alain et moi sommes donc inscrits au "100 km de Millau". Au début je me suis dit que cela ne fait que 40% de km en plus que la SaintéLyon, mais en y réfléchissant un peu plus, il y a très peu de dénivelé, donc très peu de marche et toute la course se fait sur du bitume.


Cela va être difficile de tenir une vitesse constante et de ne pas craquer sur les longues routes de l'Aveyron. Donc même ,si le kilométrage ne me fait pas peur, le manque de marche dans les montées risque d'être plus difficile dans la tête et dans les jambes.

Détails en live des 100km de Millau par Bruno Heubi

Et comme le dit Bruno Heubi dans cette vidéo, la course commence après la descente sur Saint-Afrique au 70e km. Maintenant on est prévenu ...

Ces 100km seront mon objectif 2017, j'ai déjà préparé un entrainement de 9 semaines pour cet objectif qui commencera pendant les vacances du mois d'Août sous la chaleur de la Floride.

Cette année sera chaude je vous le dis!

Lire la suite

SaintéLyon 2016

7 Décembre 2016 , Rédigé par Sylvain

Le site a déménagé, vous allez être redirigé

http://sysybrubru.wordpress.com/saintelyon-2016

Lire la suite

Préparation SaintéLyon 2016

5 Novembre 2016 , Rédigé par Sylvain

Le site a déménagé, vous allez être redirigé

https://sysybrubru.wordpress.com/preparation-saintelyon-2016/

Lire la suite

Le Semi RunInLyon 2016

3 Octobre 2016 , Rédigé par Sylvain

Le Semi RunInLyon 2016

Appréhensions et psychotage

Voilà 3 ans que je n'avais pas fait vraiment de semi marathon, j'étais pleins de doutes sur mes capacités à égaler ou battre mon record d'Annecy en 2014. De plus mon entrainement n'a pas été très structuré, juste 3 petites semaines spécifiques avec très peu de temps pour tester la vitesse cible, celle de la course.

Pour un faire un 10km: c'est assez facile, il faut partir à fond et tenter de finir le plus vite possible, pas d'arrêt aux stands, ni de question à se poser, il faut tracer tout le long.

Pour un marathon: c'est tout le contraire, il faut partir doucement et commencer à accélérer après le 30e km. Si, les jambes, le souffle, le cœur et le reste sont d'accord.

Pour un semi: c'est une délicate zone ou il faut partir ni trop vite, ni trop doucement. Le rythme est quand même assez soutenu, mais pas trop; c'est un peu difficile et un peu long. En résumé, un semi c'est tout l'art du dosage.

Avant le départ:

Passons le retrait du dossard, dans une foule immense sur la place Bellecour. Le départ va être donné sous un ciel plutôt clément et un temps frais pour ce 2 octobre 2016. Je porte mon magnifique T-Shirt blanc aux couleurs d'Alptis (ma complémentaire qui m'a offert ce dossard) et ma casquette rouge du marathon de San Francisco (plus facile à me retrouver dans la foule), je rentre dans le sas: des 2h00 pour le semi et des 4h15 pour les courageux marathoniens. On avance avec un peu de retard sur la ligne départ.

Le départ 9h21

Le départ est donné ça bouche un peu dans les premiers mètres, je vais suivre la flèche/le ballon des 2 heures, objectif: ne pas le dépasser avant le 10e km. Le parcours n'est pas très touristique, bien le contraire de cette ville. Quel dommage de ne pas voir un peu plus le centre ville du vieux Lyon que les quais de la Saône. La course descend sur Perrache, ensuite on remonte sur le Pont Kitchener-Marchand et on file droit sur les quais du vieux Lyon.

Le meneur d'allure part un peu vite à mon goût, ma montre GPS oscille entre 5:20min/km (11,3 km/h) et 5:40min/km (10,6km/h) vitesse cible pour un semi en 2h. Le cardio monte vite aussi dans la zone cible et se stabilise vite vers 140 pulsations/min après 2km, en gros tout va bien.

C'est joli les quais de Saône, la Saône à droite et le vieux Lyon à gauche et c'est comme cela pendant 10km, donc c'est monotone. Avantage par rapport à l'année dernière, il fait beau!

KM 4:

Le premier ravitaillement, je ne loupe absolument pas, je n'ai pas repéré l'emplacement des autres alors je marche un petit peu, je bois un verre d'eau et je repars.

KM 5:

Le meneur d'allure est toujours un peu rapide, pas un kilomètre à la bonne vitesse toujours entre 5 et 10 secondes d'avance par km. Je m'amuse à recalculer mon temps de passage et ma vitesse moyenne et on a bien 30-40 secondes d'avance près 5km. Pour moi tout va bien pour le moment.

KM 8:

Ca y est la petite montée est là, elle casse un peu les pattes, les pulsations montent à 150 pulsations/min, certains commencent à marcher un peu. S'en suit une petite descente qui fait aussi redescendre le coeur et on continue sur ces quais de Saône toujours aussi ennuyeux.

KM 10:

On arrive chez Bocuse ... je m’arrêterais bien, mais non, j'ai un semi à finir. La prochaine fois sans doute. Le pont au nom Chef passé, le deuxième ravitaillement arrive. Celui-ci aussi, je ne m’arrête presque pas, une bouteille d'eau et je file sur l'autre quai de la Saône. Le même parcours dans l'autre sens et sur l'autre quai. Un bel aller-retour en fait, ce que je déteste faire en courant, je vous le dis, je n'aime pas ce parcours.

Les 5 prochains kilomètres sont assez monotones, on redescend sur Lyon, c'est assez plat. Je me rappelle l'année dernière pour cette même course, je l'ai couru avec mon père qui dans cette descente commençait à doubler des "plus jeunes".

Je regarde ma montre, l'estimation de mon temps d'arrivée me donne 1h 58m et quelques secondes, pas terrible, à peine une minute de moins que mon record. Je pensais titiller les 1h55', il va falloir accélérer dans les prochains kilomètres pour vraiment battre ce record.

Parcours du semi de Llyon

Parcours du semi de Llyon

KM 15:

J'arrive sur le 3e ravitaillement, fatigue commence à se faire sentir, je marche un bon moment, un peu plus d'une minute. Parfois il vaut mieux marcher un peu pour mieux repartir et refroidir la machine.

J'arrive de nouveau dans la ville de Lyon, le tunnel de la "croix-rousse" va nous avaler pour 1700 m. Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi les organisateurs s'entêtent avec ce parcours assez monotone, mais le tunnel de la croix rousse, c'est le ponpon! Pendant un peu plus de 10 minutes, on est dans le noir à foncer dans un tunnel. Une métaphore cachée? ou juste une point touristique incontournable de Lyon? J'en doute !

Donc on pédale, on enroule dans le noir, en essayant de lire nos montres GPS, qui ne captent plus de signal, donc elles affichent un peu n'importe quoi. Ma vitesse monte à 5min/km ... ou pas, les données sont-elles vraiment fiables. Il semble que oui, après les analyses des données ma montre en fin de course, la distance est correcte. J'en conclus que la montre affichait bel et bien les bonnes informations et j'ai donc accéléré dans ce maudit tunnel!

KM 18:

Sortie du tunnel et la partie intéressante de Lyon s'ouvre à nous. Je passe le pont Morand avec une belle petite montée, petite mais un peu raide. Une idée m'effleure "Et si je m’arrêtai un peu ??"

KM 19:

Non, non et non. Je monte sur le tunnel et file vers l'Hotel de Ville de Lyon (très bien indiqué par les panneaux du RunInLyon), enfin un peu de tourisme dans ce parcours, cela fait du bien.

Il y a vraiment beaucoup de supporters qui nous encouragent, j'entends des "allez Sylvain, c'est bientôt fini" ... ça remonte le moral et les forces reviennent, la fatigue est là, mais la machine tient encore.

J'entre dans la ligne droite de la rue de la République, je cherche ma femme et mes filles, mais il y a beaucoup trop de monde.

Je ne verrai pas le panneau 20 km ni celui de 21 km, j'accélère un peu dans cette dernière ligne droite avant la place Bellecour, je tourne à droite, je rentre dans la place.

Je commence à doubler les coureurs essoufflés, je continue, c'est dur mais supportable, voilà un moment que je n'ai pas regarder ni mon temps, ni le temps estimé de ma montre. Je profite du public et des derniers mètres.

L'arche d'arrivée est enfin là, j'accélère encore un peu pour finir en 1h56'30". Record battu de 3 minutes !!!

Pas de maux de jambes, ni de crampes, presque une ballade de santé. Tout c'est très bien passé, mon régime sans caféine m'a semble-t-il encore éviter tout problème. Même si certains sont sceptiques (n'est-ce pas Grégo) et même si cela est dû à l'effet placebo: "j'ai plus mal à mes crampes".

Un petit retour en chiffres:

La première moitié du semi a été faite en 58'51" et la deuxième moitié en 57'39", cela fait un négative split d'un peu plus d'une minute. Mais en regardant de plus près et en utilisant le tableau et en moulinant cela dans une feuille de calcul, ma vitesse a été très constante durant toute la durée de la course soit à peu près 27'30" au 5km. En restant un peu plus avec le ballon des 2H j'aurai peut-être pu arriver un peu plus frais et plus vite sur la ligne d'arriver. Pour le prochain semi, suivre les 1h55' et voir si je tiens bon.

Et pour encore plus de chiffres sur strava:

 

Place Bellecour autour d'une coupe de champagne et d'un Hamburger bien mérités

Place Bellecour autour d'une coupe de champagne et d'un Hamburger bien mérités

Lire la suite

Allons au RunInLyon

30 Septembre 2016 , Rédigé par Sylvain

Allons au RunInLyon

Me voici prêt pour ma troisième participation au RunInLyon. Il y a deux ans, je m'étais essayé une nouvelle fois au marathon et l'année dernière j'avais fait le semi avec mon père. Cette année je rempile pour le semi et je vais essayer de battre mon record qui est juste en dessous des 2 heures.

Enfin je vais essayer de le battre et surtout voir mon niveau sur la distance de 21km, car voilà plusieurs années que je n'ai pas fait de semi-marathon. En 2015, j'avais fait celui de San Francisco en un peu plus de 2h (2h06), mais l'entraînement n'avait pas été optimal et les pentes de la ville Californienne étaient vraiment casse-pattes et surtout ... c'était les vacances !!

Entraînement:

Cette année, l'entraînement est également loin d'être optimum, deux belles tendinites au tendons d'Achille me font souffrir depuis nos vacances en Espagne (juillet-août) et le kilométrage n'est pas celui que j'espérais. J'ajoute à cela que je me suis fait un entraînement express sur le site SmartCoach de RunnersWorld.com. Ne vous précipitez pas sur ce site pour des plans gratuits, le site est fermé au nouveaux abonnés. J'ai surtout suivi ce plan pour la vitesse (lente) des entraînements, le nombre de kilomètres par semaine et leur fameux fractionné au seuil sur des distance de 1mile (1600m).

Pour l'endurance fondamentale, le site me donnait une vitesse de 6:30min/km, soit un peu plus de 9.2km/h. De mon expérience, une vitesse un peu plus faible aurait peut-être mieux été, mais ma fréquence cardiaque est restée dans des zones très faibles, en dessous des 130 pulsations par minute.

Entrainement Express du SmartCoach de RunnersWorld

Entrainement Express du SmartCoach de RunnersWorld

Le RunInLyon:

Le parcours n'est plus ce qu'il était ma pauvre dame !!! L'année dernière, les organisateurs ont changé tous les parcours, je n'ai pas trouvé celui du semi particulièrement intéressant. On ne passe pas par le Parc de la Tête d'Or et la montée sur les bords de la Saône ne pas les endroits les plus sympathiques de Lyon. Mais l'ambiance est vraiment très sympa et il y a beaucoup de monde tout le long du parcours pour nous encourager.

Le passage dans le tunnel de la Croix Rousse est amusant et ils ont bien fait de le mettre en fin de parcours. Il y a 2 ans il était tout au début, sachant que toutes les courses partaient en même temps, c'était pas moins de 20000 coureurs qui s’engouffraient dans ce long tunnel et rendaient l'air irrespirable et suffocant. Une véritable fournaise en plein octobre, seul la sortie du tunnel (qui portait bien son nom) nous délivrait avec un air frais et respirant.

Parcours du Semi Marathon de Lyon

Parcours du Semi Marathon de Lyon

Plan de Course:

Pour cette course, cela sera assez simple, comme d’habitude il faut éviter de partir trop vite, 21km c'est quand même assez long et il faudra en garder sous le pied pour finir sans trop de problème.

Je vais suivre le ballon des 2h, jusqu'à la petite montée devant chez "Paul Bocuse" (10e km) et si tout va bien vers le 13e km je vais commencer à accélérer. Le dilemme est toujours la peur de partir trop lentement ou trop vite, quelques secondes d'erreurs sur sa vitesse en km/min et c'est le record qui s'éloigne ou la surchauffe assurée.

Le mieux est de prendre son temps sur la course, attendre la mi-course et voir si le corps répond présent ou pas. Et quel plaisir de doubler tout les coureurs en surchauffe dans les derniers kilomètres.

A J-2

Ne rien oublier:

  • le certificat médical
  • l'invitation de la course
  • ma carte d'identité

Ensuite une fois cette course terminée, en avant pour la fameuse SaintéLyon !!!!

Lire la suite
1 2 3 > >>