Pourquoi je cours ?

100 km de Millau: La méthode pour doubler 45% des participants

26 Août 2017 , Rédigé par Sylvain

100 km de Millau (image Midi Libre)

100 km de Millau (image Midi Libre)

Le titre est un peu accrocheur je l'avoue, mais quand j'ai découvert cette information, mes yeux se sont grands ouverts, je n'y croyais pas. Non, je ne vais pas vendre un produit miracle, ni vous vendre une méthode d'entrainement qui ne marchera pas, je vais juste vous parler d'un peu de statistiques et d'une personne en particulier, d'un certain Olivier.

Voilà quelques semaines, je récupère les données du site du 100km de Millau, pour voir les données des coureurs qui ont fini le 100km en 2016 entre 14h30 et 15h30. J'ai pris quelques noms et quelques temps de passages pour voir les vitesses aux 25e, 42e, 71e et 100e km. Mais étant un peu feignant sur les bords et connaissant bien l'informatique, j'ai fait un petit script (ou programme) qui récupère automatiquement ces données et fait quelques calculs pour moi. C'est plus rapide, plus fiable et beaucoup moins pénible.

Je voulais voir s'il y avait un lien entre les vitesses du premier temps de passage (25e km), la vitesse moyenne de la course, donc des 100km et le classement dans la course.

Je l'ai dit plusieurs fois dans mon blog, pour les trails longs, il faut partir doucement pour arriver en bon état et ne pas voir sa vitesse se dégrader au fil des kilomètres, fatigué usé et avec les jambes coupées. Avec les données collectées sur le site de Millau, je voulais aller un peu plus loin et voir s'il y avait une relation claire et nette ou juste des données plus ou moins aléatoire.

Donc avec ces données, j'ai pris en compte:

  • le rapport entre la vitesse des 25 premiers km et la vitesse de la course (des 100km), je l'appelle "v100/v25". En pourcentage cela donne la perte de vitesse, d'un coureur.
    Un coureur régulier (qui coure à une vitesse constante) ce rapport sera de 100%.
    Le coureur qui gère mal sa course, part à 10km/h sur les premiers 25km et fini en 20h aura un rapport de v25=10 km/h et v100=100h/20km=5 km/h, son rapport v100/v25 sera de 0.5 (5/10) ou 50%. Plus le rapport baisse plus le coureur gère mal sa course.
  • la différence de classement dans la course aux points de passages: si le coureur double d'autres coureurs sa différence de classement sera positive, s'il perd des places sa différence de classement sera donc négative

Je pensais trouver des données assez aléatoires voir un nuage de points qui allait me donner une vague tendance. J'ai en fait trouvé des données très très intéressantes, pour être précis j'ai pris tous les coureurs qui ont fini entre 14h40 et 15h25.

Gain du classement en fonction des vitesses v100/v25

Gain du classement en fonction des vitesses v100/v25

On voit bien que les données représentent une courbe, en forme de sinus et que le classement est presque proportionnel à la perte de vitesse moyenne entre le 100e et le 25 km. Plus un coureur à une vitesse constante, plus il gagne de place au classement sur la fin.

Mais j'ai quand même été très intrigué par LE point en haut à droite le la courbe. En regardant les données du site, je me suis aperçu qu'un coureur à réussi à courir les 100km avec une vitesse moyenne supérieure que sa vitesse lors des 25 premiers km de la course. En gros, il a géré comme un maitre et à réussi à doubler pas moins de 647 personnes. Pour rappel, les nombres de finishers était de 1274 coureurs en 2016. Mais voici les données de ce coureur Olivier (j'ai bien sûr caché son nom).

Millau 201625 km42 km71 km100 km
Temps3h426h2810h5714h44
Classement145814021106881

 

Ce fameux Olivier, passe les 2 premiers temps de passage dans les derniers, mais une fois passé la mi-course, il accélère un petit peu jusqu'au 3e temps de passage et fini en apothéose en augmentant sa vitesse de plus d'un km/h entre le 3e et le 4e tronçon (6.48km/h à 7.66km/h).

Pour résumé, si vous pensez courir un 100km n'oubliez pas de partir "très très lentement", à la vitesse cible (temps de votre marathon x3.2) et surtout laissez les autres coureurs partir ... après le 50e km, ça sera une véritable REMONTADA et vous laisserez presque 50% du peloton derrière vous.

Pour ma part résultat dans 1 mois

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

voyphong 11/10/2017 11:57

Hello Sylvain... je reviens sur ton poste car je l'avais lu avant mon "Millau" et j'avoue qu'il m'avait été utile... Voulais prendre de tes nouvelles et savoir quel avait été ton résultat... Tout s'est bien passé ?

Sylvain 11/10/2017 13:02

Bonjour Voyphong,
Très content de l'apprendre, tu as fait les 100km de Millau ?
Oui j'ai très bien terminé cette course mythique, mais j'ai changé d'hébergeur, je suis passé sur wordpress: http://sysybrubru.wordpress.com
Et toi as-tu bien terminé ??

Sylvain

Grego On The Run 30/08/2017 11:54

Impressionnante et très intéressante étude. Et cela corrobore mon observation. Nous partons tous trop vite, "emportés par la foule". Cet "effet d’entraînement" de la foule est finalement préjudiciable à la performance finale. Tout le monde décélère sensiblement et finalement aboutit à un résultat sub optimal VS un départ très lent et ne montée en puissance ou même une simple capacité à maintenir l'effort jusqu'au bout. La plupart de autres coureurs partant sur leurs sensations (forcément bonnes au début) sous estiment la baisse de régime future.

Sylvain 31/08/2017 06:08

Oui il faut se faire violence pour partir lentement, mais tout se gagne sur la fin, cela avait été ma stratégie lors de la première SaintéLyon, j'avais doublé un bon quart du peloton. C'est vraiment le conte de la Fontaine "Le Lièvre et de la tortue" : rien ne sert de courir ...